«La maison parle. Elle n’est pas qu’un placement financier, ni même un toit. C’est le lieu d’un foyer, d’un bien être, d’un espace intime de vie humaine». Laurence Druez, « Chaque maison a son histoire » (éd. Institut du Patrimoine wallon) *

Vous êtes nombreux à me poser des questions lors de votre passage aux chambres d’hôtes « Matin tranquille » et … j’aime raconter des histoires!  Aussi, voici ce que je sais de ma maison.

n° 74 du bnb Matin tranquille

plan original 1932

Ci-dessus la plaque émaillée d’origine du numéro de la maison dans la rue.
Le plan aquarellé  de la demande de permis de bâtir introduit le 15 novembre 1932.

La maison, qui abrite maintenant les chambres d’hôtes “Matin tranquille”, a été construite sur un terrain acquis le 19 novembre 1932 de « Monsieur Charles Joseph GAUSSET, télégraphiste (voilà, pour sûr un métier que l’on ne rencontre plus souvent) et Monsieur Hubert Joseph Emile GAUSSET, industriel et son épouse dame Marie Jeanne Reine dite Berthe (Avouez que ça ne s’invente pas! Je me plains parfois de m’appeler Marie Madeleine dite Marlène ; mais, là , ils ont fait fort, n’est-ce-pas ?)

La demande d’autorisation de bâtir ,comme vous pouvez le voir sur le document ci-dessous, date du 16 novembre 1932. Elle avait été introduite par François LOIX, maître maçon, domicilié dans la même rue Auguste Donnay au numéro 37.

Autorisation de bâtir du 74 rue Auguste Donnay

Acte notarié 1941 vente

Demande d’autorisation de bâtir du 15 novembre 1932
Acte notarié  première vente du 30 juin 1941

 

 

Comme vous pouvez le voir dans l’acte notarié ci-dessus, le 30 juin 1941, Monsieur François Louis LOIX, (devenu entre-temps entrepreneur 😉 ) et son épouse “qu’il assiste et autorise “ ( ??!! que cache cette formule?) dame Marie Moens revendent la maison où ils se sont domiciliés aux époux VAN DE KERCKHOF qui mettent la maison en location. La maison sera louée pendant quarante ans aux mêmes locataires et certains d’entre eux sont de charmants voisins toujours dans la même rue ! Dans ce laps de temps les époux VAN DE KERCKHOF en feront donation à leur fille qui nous la vendra en 1986.

Les travaux de l'été 1986

Façade en 1996

/

Achat et GROS  travaux de rénovation  de l’été 1986

1995/1996 joyeuse période des “étudiants d’échanges”


Façace 74 rue Donnay en 2000

Matin tranquille bnb

Après le grand nettoyage de la façade de l’année 2000
Depuis 2009, la maison est devenue “Matin tranquille”, bed & breakfast

Ce qui suit, je le sais de façon moins certaine. Cela m’a été raconté par Monsieur Maréchal notre voisin d’en face (la belle maison Art Déco au numéro 57) l’année où j’ai acheté de la maison , en 1986. Monsieur Maréchal, retraité depuis longtemps déjà, m’ avait appris qu’une partie des matériaux employés pour construire la maison provenaient de la démolition, après incendie, d’une banque sur le boulevard (boulevard de la Sauvenière ou boulevard d’Avroy ? Je n’ai pas demandé (hélas !). Je me promets de chercher (un jour !) dans les archives des journaux locaux la trace de ces flammes. Peut-être consécutives, toujours selon Monsieur Maréchal, à la volonté de dissimuler des documents compromettant après ou pendant la crise financière de 1929/1930. Sulfureux, n’est-ce-pas ? Ça marche au niveau des dates : crise en 29/30, autorisation de bâtir fin 1932. Mais … ?

Les recherches pour éclaircir cette hypothèse reprennent en mai 2019 (voir bas de page). Je trouve un peu de temps et prends rendez-vous à la bibliothèque Ulysse Capitaine. La charmante bibliothécaire fait amener les copies du journal La Meuse des années 1929 et 1930. Je me plonge fascinée dans la lecture de ces vieux journaux et, à la lecture de certains articles, je sens couver les braises … Jusqu’au 10 février 1930, où je trouve ceci :

Journal "La Meuse" du 10 février 1930

Journal “La Meuse” du
10 février 1930

Incendie banque Chaudoir 9 février 1930

Incendie banque Chaudoir
9 février 1930

Est-ce l’incendie dont mon voisin parlait ? Les dates et les circonstances concordent mais, la photo de l’immeuble permet peu l’examen détaillé des éléments architecturaux.
Quand on regarde les photos des articles, l’architecture semble correspondre aux grands et gros bâtiments éclectiques des années 1880. Les détails d’architecture n’ont pas l’air de coïncider avec les éléments de style Art nouveau de la façade de « Matin tranquille ».
Il faudrait donc vérifier si cela peut venir d’un bâtiment annexe par exemple. Donc … suite au prochain numéro 😉

* Le livre magnifique du Dr. Laurence DRUEZ « Chaque maison a son histoire », Guide des sources relatives au patrimoine immobilier, aux éditions de l’ Institut du Patrimoine wallon, vous donnera les clés d’une passionnante recherche si d’aventure l’histoire de votre maison vous intéresse. Il est en vente aux Archive de l’État en Wallonie et à Bruxelles ou par mail via publicat@arch.be

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.