La petite frise qui coure tout le long des corridors et de la cage d’escalier, intriguent mes visiteurs. Elle a une petite histoire amusante que je vous raconte ci dessous.

frise de Karl Wilhem Difenbach dans le hall de "Matin tranquille" B&B

 

Quand j’ai voulu décorer cet espace pour la première fois, j’ai découvert que la distance entre les moulures de bois (15 cm) ne correspond à aucune des dimensions standards des frises de papier peint. Je me suis donc résolue à y mettre « ma patte ». La première version a été un chemin de lierre.

Frise-lierre

 

Après quelques années, lassée du lierre, la seconde version, m’a été inspirée par le décor d’un abat-jour découvert un jour sur une brocante.

Il couvre toujours la lampe du palier du premier étage.

abat-jour décor Karl Wilhelm Diefenbach

 

J’en ai re-dessiné le motif agrandi. Puis photocopié, en quantité puisque la frise court tout le long de l’entrée au deuxième étage. Puis collé en adaptant aux angles et aux tournant pour que le mouvement n’ai jamais l’air de s’interrompre.

Photo

Des années plus tard, par le plus grand des hasards, lors d’une recherche sur un sujet bien éloigner de la décoration, mon fils à trouvé l’origine de ce dessin !!!
C’est en fait un minuscule morceau d’une grande et magnifique fresque longue de soixante-huit mètres, d’un peintre allemand Karl Wilhelm DIEFFENBACH qui s’appelle “Per aspera ad astra” et que vous pouvez voir ici

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.